croix


croix

croix [ krwa ] n. f.
croiz Xe; lat. crux, crucis
1Gibet fait d'un poteau et d'une traverse et sur lequel on attachait les condamnés pour les faire mourir, dans l'Antiquité romaine. Le supplice infamant de la croix. Mettre, attacher, clouer qqn sur la croix, en croix.
2Spécialt Le gibet sur lequel Jésus-Christ fut mis à mort. Jésus monta au Calvaire en portant sa croix. Descente, déposition de Croix : thème de l'iconographie chrétienne. Invention de la sainte Croix. Signe de (la) croix : signe que font les catholiques romains en portant les doigts de la main droite au front, à la poitrine, puis à l'épaule gauche et à l'épaule droite. Faire un signe de croix. se signer.
(1845) Le chemin de la Croix : les quatorze tableaux ( station) qui illustrent les scènes du chemin parcouru par Jésus portant sa croix. ⇒ passion. Faire le chemin de la Croix, un chemin de croix : s'arrêter et prier devant chacun de ces tableaux.
Fig. Souffrance, épreuve pénible. calvaire. Chacun a sa croix, porte sa croix ici-bas.
Symbole du christianisme. La lutte de la croix et du croissant. croisade. Prendre la croix. se croiser.
3Représentation symbolique de la croix de Jésus-Christ. crucifix. Croix érigée sur un chemin, sur une élévation. calvaire. Croix funéraire. Croix processionnelle. Loc. fam. Croix de bois, croix de fer (si je mens, je vais en enfer) : formule enfantine de serment. C'est la croix et la bannière.
Bijou en forme de croix. 1. jeannette. Croix en or, de diamants.
4Symbole ou ornement en forme de croix. Traverse, bras, branches de la croix. croisillon. Croix potencée. Croix ansée ou égyptienne. Croix pattée, à extrémités évasées. Croix fleuronnée ou tréflée. Croix de Lorraine, à double croisillon. Croix grecque, à branches égales. Croix de Malte. Croix de Saint-André, en X. Croix de Saint-Antoine, en T. ⇒ tau. Croix gammée ( svastika) . Croix latine, dont la branche inférieure est plus longue que les trois autres. Église en croix latine.
5(1802) Décoration de divers ordres de chevalerie. La croix de Malte. La croix du Saint-Esprit. Cour. Croix de la Légion d'honneur. Absolt « Il n'a pas encore la croix et serait jaloux d'obtenir cette distinction » (Sainte-Beuve). La grand-croix : la décoration la plus élevée de l'Ordre. — N. GRAND-CROIX :personne qui a la dignité la plus haute de l'Ordre. Des grands-croix.
Croix de guerre : médaille conférée aux soldats qui se sont distingués à la guerre.
6 ♦ CROIX ROUGE, insigne de neutralité depuis la Convention de Genève de 1864. — La Croix-Rouge : organisation internationale à caractère humanitaire et apolitique. Le Comité International de la Croix-Rouge, à Genève (C. I. C. R.). Brassard, drapeau de la Croix-Rouge (cf. Le Croissant-Rouge).
7Ce qui par sa forme évoque une croix. Point de croix : point de broderie.
Spécialt (XIVe) Marque formée de deux traits croisés. Le signe de l'addition et de la multiplication est une croix. Illettré signant d'une croix. Marquer qqch. d'une croix ( 2. cocher) . Barrer d'une croix. annuler. Fig. et fam. Faire une croix sur qqch., y renoncer définitivement.
Loc. adv. EN CROIX : à angle droit ou presque droit ( croiser, entrecroiser; crucial, cruciforme, décussé) . Les pétales des crucifères sont disposés en croix. Chemins qui se coupent en croix. croisement . Les bras en croix, étendus à l'horizontale de chaque côté du corps.
8Par anal. de forme Bot. Croix de Saint-Jacques : espèce d'amaryllis. Croix de Jérusalem ou de Malte : espèce de lychnis. — Astron. Croix du Sud : constellation de l'hémisphère austral.
⊗ HOM. Croît.

croix nom féminin (latin crux, crucis) Gibet formé le plus souvent de deux pièces de bois placées en travers l'une de l'autre, où l'on attachait les condamnés à mort. Gibet sur lequel fut supplicié Jésus-Christ (avec majuscule) : La sainte Croix. Passion de Jésus-Christ ; ses souffrances sur la Croix (avec majuscule). Ornement de bois, de métal figurant la croix, symbole du christianisme ; représentation de la croix chrétienne sur les édifices et monuments religieux. Disposition de deux objets allongés qui se coupent soit à angle droit, soit en X : Un couteau et une fourchette posés en croix sur l'assiette. Marque écrite ou imprimée figurant une croix ou un X : Mettre une croix dans la case qui convient. Objet de parure, bijou en forme de croix. Insigne, en forme de croix, d'un ordre de chevalerie, d'un ordre de mérite ou d'une décoration (par exemple croix de guerre). Littéraire. Peines, afflictions, épreuves envoyées par le sort : Chacun a, porte sa croix en ce monde. Héraldique Pièce résultant de la combinaison du pal et de la fasce. Ornement extérieur des armes ecclésiastiques catholiques romaines, placé en pal derrière l'écu. Numismatique Côté d'une pièce de monnaie qui portait une croix. (Le côté de pile, à l'opposé, portait l'écusson du souverain. D'où le jeu ancien à croix ou pile, équivalent de notre pile ou face.) ● croix (citations) nom féminin (latin crux, crucis) Paul Claudel Villeneuve-sur-Fère, Aisne, 1868-Paris 1955 Ce bois dont la croix est faite ne manquera jamais. L'Otage, I, 1, Sygne Gallimard Francis Jammes Tournay, Hautes-Pyrénées, 1868-Hasparren, Pyrénées-Atlantiques, 1938 Il arrive parfois, lorsqu'on se met en croix, Que les clous vont blesser quelqu'un derrière soi. Géorgiques chrétiennes Mercure de Francecroix (expressions) nom féminin (latin crux, crucis) À marquer d'une croix blanche, se dit d'un événement extraordinaire, qui mérite qu'on s'en souvienne. C'est la croix et la bannière, il y a beaucoup de difficultés à vaincre. Croix de bois croix de fer, formule de serment familière. Croix grecque, croix dont les quatre branches sont d'égale longueur. Croix latine, croix dont une branche est plus longue que les trois autres. Croix de Lorraine, croix qui a deux croisillons. Croix rouge, insigne des services de santé, constitué par une croix rouge sur fond blanc, qui est reconnu et protégé par les conventions internationales. Croix de Saint-André, croix en forme d'X. Croix de Saint-Antoine, croix en forme de T. Argot. Croix des vaches, estafilades en forme de croix faites au visage de ceux qui ont manqué à la loi du milieu. Les bras en croix, les bras étendus à l'horizontale de part et d'autre du corps. Mettre quelqu'un en croix, lui faire subir le supplice de la croix. Tirer une croix sur, devoir y renoncer définitivement. Mise en croix, première opération de la taille d'une pierre de bijouterie, consistant à tailler sur le dessus et le dessous quatre facettes égales disposées en croix, appelées coins de table et coins de culasse. Croix de Malte, engrenage ayant l'aspect d'une croix de Malte et qui transforme un mouvement de rotation continu en un mouvement de rotation discontinu, à axes parallèles. Pierre de croix, autre nom de la staurotide maclée. Adoration de la Croix, vénération de la Croix le vendredi saint. L'étendard de la Croix, emblème, symbole de la foi chrétienne. Le mystère, le sacrifice de la Croix, le mystère de la rédemption des hommes par le sacrifice de Jésus-Christ sur la Croix. Signe de la Croix, signe de croix, geste religieux, usité dans l'Église catholique et l'Église orthodoxe, et qui consiste à figurer une croix par un mouvement de la main. Croix de fer, en gymnastique, exercice aux anneaux, bras tendus à l'horizontale, perpendiculaires au reste du corps. ● croix (homonymes) nom féminin (latin crux, crucis) croie forme conjuguée du verbe croire croient forme conjuguée du verbe croire croies forme conjuguée du verbe croire crois forme conjuguée du verbe croire croîs forme conjuguée du verbe croître croit forme conjuguée du verbe croire croît nom masculin croît verbecroix (synonymes) nom féminin (latin crux, crucis) Passion de Jésus-Christ ; ses souffrances sur la Croix (avec majuscule).
Synonymes :
Croix de Saint-Antoine
Synonymes :
- tau
Minéralogie. Pierre de croix
Synonymes :

croix
n. f.
rI./r
d1./d Instrument de supplice composé de deux pièces de bois croisées, sur lequel on fixait certains condamnés à mort dans l'Antiquité (esclaves, notam.). Mettre qqn en croix. Mourir sur la croix.
d2./d Spécial. La Croix, sur laquelle Jésus-Christ fut crucifié. Le mystère de la Croix: le mystère de la rédemption des hommes par la mort que Jésus a soufferte sur la croix.
|| Fig. Chacun porte sa croix: chacun a sa part de souffrance.
|| Chemin de croix: suite de quatorze tableaux représentant les étapes de la Passion de Jésus.
Faire le (un) chemin de croix: s'arrêter pour prier successivement devant chacun de ces tableaux.
|| Signe de (la) croix: geste rituel des chrétiens (orthodoxes et catholiques), dessinant une croix. Faire un signe de croix.
d3./d La croix: la religion chrÉtienne.
d4./d Représentation figurée de la croix de Jésus-Christ. La croix pectorale des évêques.
|| Bijou en forme de croix.
(Afr. subsah.) Croix d'Agadès: bijou consistant en une croix surmontée d'un anneau.
rII./r
d1./d Objet, signe, ornement composé de deux éléments qui se croisent. Croix du drapeau suisse.
d2./d Décoration en forme de croix de différents ordres de chevalerie. Croix de guerre: décoration remise à un combattant qui s'est illustré pendant une guerre.
d3./d Marque formée par deux traits qui se croisent. Marquer une page d'une croix.
|| Fig. Mettre, faire une croix sur une chose, la tenir pour perdue, y renoncer.
d4./d En croix: qui forme une croix, un X. Carrefour en croix. étendre les bras en croix.
d5./d (Rég.) Carrefour, croisée des chemins.
d6./d COUT Point de croix, dans lequel le fil forme une croix, utilisé en broderie, en tapisserie.
d7./d Signe en forme de croix.
Croix grecque, aux quatre branches égales.
Croix latine, dont la branche inférieure est plus longue que les autres.
Croix de Saint-André, en forme de X.
Croix de Saint-Antoine, en forme de T.
Croix de Lorraine, à deux croisillons inégaux.
Croix de Malte, dont les quatre branches égales vont en s'élargissant.
Croix tréflée, potencée.
|| ASTRO Croix du Sud: V. ce mot.

⇒CROIX, subst. fém.
I.— Ensemble formé de deux branches ou de deux éléments qui se coupent à angle plus ou moins ouvert, généralement à angle droit.
A.— Usuel
1. [L'ensemble désigne une intersection quelconque] Croix de l'épée. Croix formée par la garde et la poignée de l'épée (cf. VIGNY, Journal poète, 1841, p. 1149).
En partic. Intersection de deux routes. Synon. usuels croisée, croisement, carrefour. La croix de deux routes (MURGER, Nuits hiver, 1861, p. 129).
Au fig., PHILOS. Pierre d'achoppement (cf. crucial B 1). La croix de tous les systèmes (RENOUVIER, Essais crit. gén., 1864, p. 45).
2. [L'ensemble désigne une réalité à valeur de signe] De petites croix tracées à l'encre (STENDHAL, Chartreuse, 1839, p. 317).
Loc. verbale. Faire une croix (au bas d'un acte). Tracer une croix qui tient lieu de signature. Fais ta croix, ou signe (ERCKM.-CHATR., Hist. paysan, t. 2, 1870, p. 243).
Au fig. Faire une croix (dans la cheminée). Noter un événement extraordinaire. Quand nous serons à dix, nous ferons une croix (Ac. 1835-1932). Faire, tirer une croix (sur une chose, une personne). La rayer de sa pensée, y renoncer. Faire une croix sur cet obsédant souvenir (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 243). Tirer une croix sur vingt mille hommes (SARTRE, Mort âme, 1949, p. 276). Marquer d'une croix (noire). Signaler comme dangereux ou néfaste :
1. ... dans le petit monde du poil et de la plume, Tarascon est très mal noté. Les oiseaux de passage eux-mêmes l'ont marqué d'une grande croix sur leurs feuilles de route, et quand les canards sauvages, descendant vers la Camargue en longs triangles, aperçoivent de loin les clochers de la ville, celui qui est en tête se met à crier bien fort : « Voilà Tarascon! ... Voilà Tarascon! » Et toute la bande fait un crochet.
A. DAUDET, Tartarin de Tarascon, 1872, p. 6.
Loc. adv. En croix. En forme de croix. Bras, jambes en croix.
Arg. La croix des vaches. ,,Coup de couteau ou de rasoir porté au visage de celui ou de celle qui a failli aux lois du milieu`` (CARABELLI, [Lang. de la pègre]).
B.— Emplois spéc.
1. ARCHIT. Intersection de la nef et du transept d'une église. Synon. croisée. La croix du transept (cf. ZOLA, Rêve, 1888, p. 123).
2. ASTRON. La Croix du Sud. Constellation de l'hémisphère austral. La Croix du Sud, groupe de quatre étoiles (...) disposées en losange à peu près à la hauteur du pôle (VERNE, Enf. cap. Grant, t. 1, 1868, p. 237).
3. BOTANIQUE
a) Fleur dont les pétales sont disposées en croix. Les croix jaunes des saponaires, les croix roses et blanches des juliennes de Mahon (ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1348).
b) Nom commun de différentes plantes, en particulier du lychnis chalcedonica (L.). Cf. FOURNIER 1961, p. 314. Des croix de Malte d'un rouge de bichromate de potasse vif (HUYSMANS, Oblat, t. 2, 1903, p. 133).
4. CONSTRUCTION
a) Vx. Croisée d'une fenêtre. Une fenêtre en ogive, portant une croix de pierre (SOULIÉ, Mém. diable, t. 1, 1837, p. 5).
b) Croix de Saint-André. Élément de charpente en forme d'X. Façades barrées de croix de Saint-André (BERTRAND, Gaspard, 1841, p. 50).
5. MAR. Intersection des vergues et des mâts. Synon. croisure. Croix, vergues transversales barrant les grands mâts droits (VERHAEREN, Villes tentac., 1895, p. 132).
6. PÊCHE. Croix (de Saint-André). Carrelet pour la pêche. On lève la croix (...) pour pêcher le mercredi au jour (PESQUIDOUX, Chez nous, 1923, p. 19).
7. TECHNOL. Croix de Malte. ,,Mécanisme convertissant un mouvement de rotation continue en rotation saccadée`` (DEW. Technol. 1973). Engrenage à croix de Malte.
II.— Objet en forme de croix.
A.— Instrument de supplice, fait d'un poteau surmonté d'une traverse, sur lequel, dans l'Antiquité, on suppliciait les condamnés à mort. La croix jadis (...) le supplice des esclaves (CLAUDEL, Guerre 30 ans, 1945, p. 587) :
2. La mort même des capitaines siciliens, indignement condamnés par Verrès, n'est pas sans doute ce qui remuait le plus les maîtres du monde. Ce qui fit impression, c'est (...) qu'il fut convaincu d'avoir fait battre de verges et mettre en croix un citoyen romain.
MICHELET, Hist. romaine, t. 2, 1831, p. 209.
RELIG. CHRÉT.
1. [Nouveau Testament] Gibet sur lequel Jésus-Christ fut cloué et mis à mort :
3. Klopstock, dans son poëme immortel, a peint la conjuration de l'enfer contre le Messie. Le sacrifice est prêt à s'accomplir; les prêtres triomphent et le Fils de de l'homme est condamné. Suivi de sa mère, de ses disciples, des gardes romaines et de toute la Judée, il s'avance, chargé de sa croix, au lieu du supplice : il arrive sur Golgotha.
CHATEAUBRIAND, Essai sur les Révolutions, t. 1, 1797, p. 335.
4. ... la croix est une balance où un corps frêle et léger, mais qui était Dieu, a soulevé le poids du monde entier. « Donne-moi un point d'appui, et je soulèverai le monde ». Ce point d'appui est la croix. Il ne peut y en avoir d'autre. Il faut qu'il soit l'intersection du monde et de ce qui n'est pas le monde. La croix est cette intersection.
WEIL, La Pesanteur et la grâce, 1943, p. 98.
P. métaph. Souffrance du chrétien acceptée par amour de Dieu et unie à celle du Christ sur la croix. La croix du cœur, les souffrances rédemptrices assumées au sein même de l'existence (MARITAIN, Human. intégr., 1936, p. 83) :
5. C'est la vie tourmentée, les traverses, les croix, les amertumes, qui bien méditées, ressenties dans la lumière de Dieu, font espérer en lui.
DUPANLOUP, Journal intime, 1873, p. 340.
P. ext. Épreuve, tourment pénible.
[À propos d'une situation] :
6. Rentré dans Paris et remis à la meule où je suis condamné, je retire à grand'peine mon esprit des lointains que j'ai parcourus; je tâche à me replier, à reprendre avec un peu de cœur la vie attachée. Je voudrais étendre un peu d'onction sur la croix où la nécessité, que je vois venir avec ses clous et son marteau, va m'attacher.
M. DE GUÉRIN, Correspondance, 1835, p. 230.
[À propos d'une pers.] :
7. ... une fille à marier qui ne se marie pas est une croix très lourde à porter pour des parents honnêtes.
BALZAC, La Cousine Bette, 1847, p. 80.
P. méton., arg. [À propos d'une pers.] ,,En argot des filles (...) client énervant et exigeant`` (CARABELLI, [Lang. de la pègre]). ,,Individu sans valeur`` (SIMONIN, Pt Simonin ill., 1957, p. 97).
2. [Liturg. et vie chrét.] Invention de la vraie Croix, ou, rare, Croix de mai (cf. CAMUS, Le Cheval. Olmedo, 1957, p. 763). Fête célébrée le 3 mai (v. invention). Exaltation de la croix, ou, rare, croix de septembre (cf. POURRAT, Gaspard, 1925, p. 204). Fête célébrée le 14 septembre (v. exaltation). Chemin de (la) croix. Exercice de dévotion (v. chemin). Signe de (la) croix. Signe en forme de croix qu'une personne trace sur elle-même, sur une autre personne ou sur un objet, en diverses circonstances (lors d'une prière ou d'une action liturgique, pour marquer le début d'une entreprise importante, pour conjurer le mal ou la peur, etc.) :
8. Au bout de quelques minutes, Colomba se leva, l'œil sec, mais la figure animée; elle fit du pouce, à la hâte, le signe de croix familier à ses compatriotes et qui accompagne d'ordinaire leurs sermens solennels...
MÉRIMÉE, Colomba, 1840, p. 81.
3. [Théol. et spiritualité] Mystère de la mort rédemptrice de Jésus-Christ sur le calvaire :
9. Un christianisme sans croix, c'est ce que cherchent obscurément la plupart des chrétiens. La croix est un ornement qui se met sur les murs. La vraie, celle dont la croix sur un mur n'est que le signe, on n'en veut pas.
GREEN, Journal, Le Bel aujourd'hui, 1955-58, p. 346.
4. P. ext. Religion chrétienne (dont la croix est le symbole). Combattre les ennemis des lis ou de la croix (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 3, 1821-24, p. 228).
SYNT. Arbre, bois, branches, ombre, pied de la croix; mise en croix; châtiment, supplice de la croix; déposition, descente, portement de croix; folie, mystère de la croix; bannière, étendard de la croix; dresser, élever, ériger, planter une croix; attacher, clouer, mettre en/sur la croix; monter sur la croix; descendre de la croix; porter, prendre sa croix; expier, mourir en croix/sur la croix; prêcher, faire triompher la croix; combattre, mourir pour la croix; la sainte, la vraie croix.
B.— Représentation sous forme d'insigne ou d'emblème de la croix de Jésus-Christ à laquelle est attachée une valeur de symbole religieux ou profane.
1. [Symbole chrét.] L'évêque (...) avec sa croix épiscopale au cou (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 23).
Loc. Jurer sur la croix. Faire un serment solennel sur la croix (cf. BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 4, 1821-24, p. 45). Marcher sur la croix. Renier la foi chrétienne, dont la croix est le symbole (cf. ZOLA, Faute Abbé Mouret, 1875, p. 1443). Prendre la croix (vx). Coudre sur son habit une croix d'étoffe pour marquer son engagement à la croisade; p. méton. s'engager pour la croisade. Synon. usuel se croiser (cf. GROUSSET, Croisades, 1939, p. 40).
SYNT. Croix d'argent, de bois, de feu, de granit, de marbre, de pierre; croix abbatiale, pastorale, pectorale; croix blanche, noire; grande, immense, large, haute, lourde, petite croix; surmonté d'une croix; baiser la croix.
En partic.
♦ [Usage liturg.] Croix de procession. Croix portée en tête d'une procession. Les paroisses, précédées de leurs croix processionnelles (RENAN., Souv. enf., 1883, p. 10). La croix et la bannière (cf. ce mot ex. 6 et 7). Adoration de la croix. Partie de l'office catholique du vendredi saint (cf. adoration ex. 8).
♦ [Usage commémoratif] :
10. Si l'on rencontroit au coin d'une forêt le corps d'un homme assassiné, on plantoit une croix dans ce lieu, en signe de miséricorde. Cette croix demandoit au samaritain une larme pour un infortuné, et à l'habitant de la cité fidèle, une prière pour son frère.
CHATEAUBRIAND, Génie du christianisme, t. 2, 1803, p. 165.
11. Je songe à vos milliers de croix de bois, alignées tout le long des grandes routes poudreuses, où elles semblent guetter la relève des vivants, qui ne viendra jamais faire lever les morts. Croix de 1914, ornées de drapeaux d'enfants, qui ressembliez à des escadres en fête, croix coiffées de képis, croix casquées, croix des forêts d'Argonne qu'on couronnait de feuilles vertes, croix d'Artois dont la rigide armée suivait la nôtre, progressant avec nous de tranchée en tranchée, croix que l'Aisne grossie entraînait loin du canon, et vous, croix fraternelles de l'arrière, qui vous donniez, cachées dans le taillis, des airs verdoyants de charmille, pour rassurer ceux qui partaient. Combien sont encore debout, des croix que j'ai plantées?
DORGELÈS, Les Croix de bois, 1919, pp. 317-318.
SYNT. Croix de calvaire, de carrefour, de cimetière. Croix de mission. Croix élevée en souvenir d'une mission (cf. CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 276). Avoir, gagner la croix de bois (arg. des tranchées). ,,Être tué`` (DAUZAT, Arg. guerre, 1918, p. 256).
Rem. On rencontre ds la docum. croix de (par) Dieu (vx). Alphabet commençant par le signe de la croix. Synon. région., vieilli croisette. [Gaspard] apprit ses « heures de trois sous », c'est-à-dire sa croix de par Dieu, c'est-à-dire son abécédaire (POURRAT, Gaspard, 1922, p. 53).
2. [Symbole décoratif] Bijou en forme de croix. Une croix à la Jeannette en diamans (JOUY, Hermite t. 3, 1813, p. 162). Des pendants d'oreilles et une croix en vieil argent (MALLARMÉ, Dern. mode, 1874, p. 713).
SYNT. Croix d'argent, d'or, d'améthyste(s), de/en diamant(s); croix huguenote. Petite croix soutenant la colombe du Saint-Esprit.
Croix de ma mère, Bijou. La croix-de-ma-mère entre ses maigres salières (H. BAZIN, Vipère au poing, 1948, p. 222). Au fig. Dénouement conventionnel d'une pièce de théâtre, fondé sur un signe de reconnaissance. Mon drame débute par où finissent les mélodrames, par la croix de ma mère (GIRAUDOUX, Siegfried, 1928, I, 6, p. 43).
C.— Symbole conventionnel ou honorifique, en forme de croix.
1. EMBLÉMATIQUE. Insigne, généralement une croix de formes diverses, servant d'emblème à un ordre de chevalerie, à un parti, etc. La manécanterie des Petits Chanteurs à la Croix de Bois (Enseign. mus., t. 2, 1950, p. 6).
SYNT. Croix ansée. Croix en forme de T surmonté d'une anse. D'une main (...) la croix ansée et de l'autre une fleur de lotus (DU CAMP, Nil, 1854, p. 143). Croix byzantine ou grecque. Croix à quatre branches égales. Croix gammée. Croix à quatre branches égales se terminant en (gamma). Synon. svastika. Un garçon nazi, croix gammée au bras (GREEN, Journal, 1950, p. 343). Croix latine. Croix dont la branche inférieure est plus longue que les autres. Croix lobée. Croix dont les branches sont arrondies à leur extrémité. La chasuble de deuil, avec ses croix lobées (HUYSMANS, En route, t. 2, 1895, p. 221). Croix de Lorraine. Croix à deux croisillons parallèles, celui du bas étant plus long que l'autre. Comme insigne la croix de Lorraine (DE GAULLE, Mém., 1954, p. 79). Croix de Malte. Croix à quatre branches égales qui vont en s'élargissant à partir du centre. Le louis à la croix de Malte (Hist. et ses méth., 1961, p. 350). Croix de Saint-André. Croix en forme d'X. Spéc. Croix rouge. Croix rouge sur fond blanc, emblème des services de santé qui assure la neutralité en cas de conflit. Le drapeau à la croix rouge des voitures d'ambulance (GONCOURT, Journal, 1870, p. 613).
En partic.
a) Décoration honorifique accordée à une personne physique ou morale, à titre civil ou militaire :
12. Sans parler des plus hautes distinctions qui me furent décernées par nos alliés : grand'croix de l'ordre du bain, croix de Saint-Georges, grand cordon de l'ordre de Léopold, qui honoraient en ma personne l'armée française tout entière, ...
JOFFRE, Mémoires, t. 2, 1931, p. 142.
En emploi absolu. La croix. Croix de la Légion d'honneur. Le conseil de l'ordre de la Légion d'honneur enlèverait à Zola sa croix (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 285).
Grand'croix, grand-croix, subst. fém. Distinction la plus élevée d'un ordre. Nominations (...) à la grand'croix de la Légion d'honneur (GONCOURT, Journal, 1863, p. 1343).
Grand'croix, grand-croix, subst. masc. Personne qui est élevée à la dignité la plus haute d'un ordre (cf. BARRÈS, Cahiers, t. 3, 1902-04, p. 170).
b) Vieilli. Insigne accordé à un élève méritant. L'aîné des deux garçons, décoré de la croix de mérite de son lycée (JOUY, Hermite, t. 2, 1812, p. 262).
SYNT. Croix de fer, de guerre, d'honneur, de la Légion d'honneur, de la Libération, de/du mérite; chevalier, commandeur, officier de la croix (+ nature de la décoration); avoir, demander, gagner, recevoir la croix (+ éventuellement, nature de la décoration); distribuer, donner, remettre la croix (+ éventuellement, nature de la décoration); arracher la croix; décorer de la croix (+ éventuellement, nature de la décoration).
2. HÉRALD. Pièce honorable de l'écu, de forme et de disposition très variées. Croix alésée, cantonnée, potencée; croix de sable :
13. ... un pavillon aux armes de Monte-Cristo, armes représentant une montagne d'or, posant sur une mer d'azur, avec une croix de gueules au chef, ce qui pouvait aussi bien être une allusion à son nom rappelant le calvaire, que la passion de Notre-Seigneur a fait une montagne plus précieuse que l'or, et la croix infâme que son sang divin a faite sainte, qu'à quelque souvenir personnel de souffrance et de régénération enseveli dans la nuit du passé de cet homme mystérieux.
DUMAS père, Le Comte de Monte-Cristo, t. 2, 1846, p. 383.
3. MONNAIE
Vx. Côté d'une pièce de monnaie portant l'empreinte d'une croix.
P. méton., arg., vieilli. ,,Écu de six francs`` (FRANCE 1907).
Loc. vieillies. Jouer à croix ou pile (cf. jouer à pile ou face). N'avoir ni croix ni pile. Être sans argent.
Prononc. et Orth. :[] ou []. La tendance mod. est de prononcer [a] ant. C'est la prononc. de DUB., Pt ROB., Pt Lar. 1968 et Lar. Lang. fr. WARN. 1968 admet [] post. ou [a] ant. Les dict. plus anc. transcrivent [] post. qui s'explique par l'infl. de r vélaire du groupe cr-, cf. FÉR. 1768, FÉR. Crit. t. 1 1787, GATTEL 1841, FÉL. 1851, LITTRÉ, DG, PASSY 1914, BARBEAU-RODHE 1930. On transcrit encore [] avant-dernier stade de l'évolution de la diphtongue -oi- (cf. aboyer) ds LAND. 1834 et BESCH. 1845. Le mot est admis ds Ac. 1694-1932. FÉR. Crit. t. 1 1787 propose la graph. crois. Homon. : formes des verbes croire et croître. Étymol. et Hist. A. 1. 2e moitié du Xe s. « gibet fait de deux poteaux perpendiculaires » (Passion, éd. D'A. S. Avalle, 491); id. spéc. « instrument de torture du Christ » (ibid., 226); 1541 au fig. porter sa croix (CALVIN, Institution de la religion chrétienne, 548 ds LITTRÉ); 1564 « supplice, peine » (RABELAIS, Le Cinquième livre, éd. Marty-Laveaux, XVII, 66); 2. a) 2e moitié XIIIe s. [ms.] signe de croix (Image du Monde ds Romania, t. 21, p. 492, 453); b) 1579 faire la croix [le signe de la croix] sur le dos « dire adieu, renoncer » (LARIVEY, Le Laquais, III, 6 ds HUG.), cf. infra C 2. B. 1. 2e moitié Xe s. « représentation de la croix, crucifix » (Vie de Saint Léger, éd. J. Linskill, 146); 2. ca 1207 prendre la croix « se croiser, partir pour la croisade » (VILLEHARDOUIN, La Conquête de Constantinople, éd. E. Faral, § 3); 3. av. 1590 « représentation particulière de la croix » croix bourguignonne (A. PARÉ, Œuvres complètes, éd. J.-F. Malgaigne, t. 1, IV, 9, p. 247); 4. 1680 « dignité (ordre de Malte) » (RICH.); 1836 avoir la croix [la croix de la Légion d'honneur, instituée en 1802] (STENDHAL, L. Leuwen, t. 3, p. 420). C. 1. Ca 1160 en croiz « en forme de croix » (Enéas, éd. J. J. Salverda de Grave, 7543); 2. ca 1395 « marque en forme de croix faite sur une écriture » (J. BOUTILLIER, Somme rural, p. 186, titre 30 ds LITTRÉ); 1851 au fig. faire une croix sur le passé (MURGER, Scènes vie boh., p. 154). Du lat. class. crux, -ucis « croix, gibet » désignant spéc. la croix du Christ, en lat. chrét.; d'où dès l'époque class. « peine, tourment, châtiment » et en lat. chrét. « représentation de la croix; signe de la croix ». Fréq. abs. littér. :5 736. Fréq. rel. littér. :XIXe s. : a) 7 330, b) 7 327; XXe s. : a) 10 488, b) 7 904.
DÉR. Croisiller, verbe trans., rare. Disposer des éléments en forme de croix. Emploi limité au part. passé. a) Soit comme élément de forme composée à sens passif. Le papier rouge de la chambre était croisillé d'or (HENNIQUE, Soir. Médan, Affaire Grand 7, 1880, p. 249). b) Soit comme adj. apposé. Qui comporte des éléments disposés en croix. Synon. croisillonné. La façade de la maison et sa terrasse (...) reprenaient à deux heures leur vrai visage croisillé de poutrelles, d'auvents et de persiennes chocolat (COLETTE, Seconde, 1929, p. 21). 1re attest. 1879 (A. DAUDET, Rois en exil, p. 74); de croix, suff. -ille, dés. -er; cf. aussi prov. crousilhat, crousilhado « entrecroisé » ds MISTRAL; l'adj. croisillé « à dessins en forme de croix » (de ca 1170, CHR. DE TROYES, Erec, éd. M. Roques, 1571, à 2e quart XIIIe s. ds T.-L.) est dér. de l'a. fr. m. fr. croisille (XIIIe s. [mss B.E.] Erec, éd. Foerster, 1619, var., à XVIe s. ds HUG.).
BBG. — Archit. 1972, p. 148, 202. — GOTTSCH. Redens. 1930, p. 7, 217, 268, 335, 351. — GOUG. Lang. pop. 1929, p. 30. — ROG. 1965, p. 102. — SAIN. Arg. 1972 [1907], p. 102. — THOMAS (A.). Nouv. Essais 1904, p. 243.

croix [kʀwɑ] n. f.
ÉTYM. Xe, croiz; du lat. crux, crucis « croix, gibet ».
1 Hist. Gibet fait d'un poteau coupé par une traverse et sur lequel on attachait des condamnés pour les faire mourir. || Ériger, planter, dresser des croix. || Mettre, attacher, clouer un criminel sur la croix, en croix. || La mise en croix. Crucifixion; crucifier.
1 Ils l'attachèrent à une croix qui était un supplice ordinaire chez les Carthaginois, et l'y firent périr.
Rollin, Hist. ancienne, Œ., t. I, p. 330, in Littré.
La peine, le supplice de la croix.
2 Carthage exténuait ces peuples. Elle en tirait des impôts exorbitants; et les fers, la hache ou la croix punissaient les retards jusqu'aux murmures.
Flaubert, Salammbô, VI, p. 97.
2 Spécialt et cour. (Souvent écrit avec un C majuscule). Le gibet sur lequel Jésus-Christ fut mis à mort. || L'arbre (cit. 50) de la Croix. || La vraie Croix. || La sainte Croix. || Relique faite du bois de la vraie Croix. || Jésus montant au calvaire en portant sa croix ( Passion). || Tableau représentant le portement de la croix. || Écriteau sur la croix ( Inri).
3 Alors il le leur abandonna pour être crucifié. Ils prirent donc Jésus, et l'emmenèrent. Et portant sa croix, il vint au lieu appelé le Calvaire, qui se nomme en hébreu Golgotha, où ils le crucifièrent, et deux autres avec lui, l'un d'un côté, et l'autre de l'autre, et Jésus au milieu. Pilate fit aussi un écriteau, qui fut mis au haut de la croix; et voici ce qu'il portait : Jésus de Nazareth, Roi des Juifs.
Bible (Sacy), Évangile selon saint Jean, XIX, 16 à 19.
4 (…) méconnu (le Christ), persécuté, battu de verges, couronné d'épines, mis en croix pour et par les hommes, il meurt en leur laissant la lumière et ressuscite adoré.
Chateaubriand, Mémoires d'outre-tombe, t. VI, p. 209.
5 L'attitude que la croix fait prendre au Fils de l'Homme est sublime : l'affaissement du corps et la tête penchée font un contraste divin avec les bras étendus vers le ciel.
Chateaubriand, le Génie du christianisme, IV, I, II, p. 58.
5.1 La souffrance n'a pas de sens. Mais la croix en a un.
Claudel, Journal, mars 1928.
5.2 La croix chrétienne, en tant que bois dressé, qu'arbre artificiel, ne fait que drainer les acceptions symboliques propres à tout symbolisme végétal. En effet, la croix est souvent identifiée à un arbre, tant par l'iconographie que par la légende, elle devient par là échelle d'ascension, car l'arbre (…) est contaminé par les archétypes ascensionnels. Se greffe également sur la légende de la croix le symbolisme du breuvage d'éternité, du fruit de l'arbre ou de la rose fleurissant sur le bois mort. L'on pourrait aussi souligner que la croix chrétienne est une inversion des valeurs (…) emblème romain infamant, elle devient symbole sacré, spes unica.
Gilbert Durand, les Structures anthropologiques de l'imaginaire, p. 379.
Relig. (mystique). Le mystère de la rédemption des hommes par la mort de Jésus-Christ sur la croix. || Le scandale de la croix : ce qui, dans ce mystère, semble absurde aux incroyants.L'Exaltation, l'invention de la sainte Croix.(1845). || Le chemin de la Croix : le chemin que Jésus-Christ fit en portant sa croix jusqu'au Calvaire.Un chemin de Croix : les quatorze tableaux qui illustrent les scènes de ce chemin. Station. || Faire le chemin de la croix, un chemin de croix : s'arrêter et prier devant chacun de ces tableaux. — ☑ Fig. C'est un véritable chemin de croix. Calvaire.
Fig. || Une croix, la croix de qqn. Affliction, calvaire, épreuve, tourment. || C'est une croix pour lui. || C'est sa croix.Loc. Porter sa croix : supporter ses épreuves avec la résignation et la foi de Jésus-Christ.Chacun a sa croix, porte sa croix : chacun a ses souffrances à supporter.
6 (…) si tu peux enfin t'affranchir d'une croix,
Ce n'est que faire place à d'autres croix plus rudes,
Qui te viennent sur l'heure accabler de leur poids.
Corneille, Imitation de J.-C., 1504.
7 (…) la vertu de la folie de la croix (…)
Pascal, Pensées, VIII, 587.
8 La croix est la vraie épreuve de la foi, le vrai fondement de l'espérance, le parfait épurement de la charité, en un mot le chemin du ciel; Jésus-Christ est mort à la croix, il a porté sa croix toute sa vie; c'est à la croix qu'il veut qu'on le suive, et il met la vie éternelle à ce prix (…)
Bossuet, Disc. sur l'Hist. universelle, II, 19.
9 (…) il n'y a plus moyen du tout de soutenir une croix si pesante et (…) si le secours d'en haut se fait plus longtemps attendre, elle va succomber dans quelques instants.
Léon Bloy, la Femme pauvre, I, p. 114.
9.1 Notre croix est toujours faite sur mesure.
Claudel, Journal, avr. 1925.
10 Être aimé plus qu'on aime est une des croix de la vie.
Montherlant, les Jeunes Filles, p. 52.
10.1 Cette Grand-Croix (…) cette façon enfin, si remarquable chez un chrétien, de porter sa croix, mais en sautoir, quelle ample matière à réflexion, et même à méditation !
F. Mauriac, le Nouveau Bloc-notes 1958-1960, p. 125.
(1579). Vx. || Faire la croix; mod. (faire) le signe de la croix, un signe de croix, un signe que l'on fait en portant le bout des doigts joints de la main droite au front, à la poitrine, puis à l'épaule gauche et à l'épaule droite. Signer (se). || L'évêque bénit par trois signes de croix la main tendue vers le peuple lors d'une bénédiction solennelle.
Jurer qqch. sur la croix (→ ci-dessous : croix de bois, croix de fer…).
Symbole du christianisme. || L'étendard de la croix. || Combattre, mourir pour la croix. || Faire triompher la croix. || La lutte de la croix et du croissant. Croisade. || Prédication de la croix.
11 Le Christ n'a pas seulement vaincu la mort, il a vaincu la solitude humaine. En vain accuserez-vous la croix d'avoir enténébré la vie, l'Église vous répond, avec une joie mêlée de larmes, le jour du vendredi saint (…)
F. Mauriac, Souffrances et Bonheur du chrétien, p. 181.
3 a Ornement en bois, en métal… qui figure une croix. || Montant de la croix. Hampe (ou stipe). || Traverse, bras, branches de la croix. Croisillon. || Croix ancrée. || Croix ansée. Ankh. || Croix potencée. || Croix pattée, à extrémités évasées. || Croix fleuronnée ou tréflée, florencée ou fleurdelisée. || Croix bretessée, écotée, pommetée, perlée, perronnée, recerclée, recroisetée… || Croix patriarcale ou croix de Lorraine, à double croisillon. || Croix grecque, à branches égales. || Croix de Malte. || Croix de Saint-André, qui figure un X.Croix gammée ( Svastika).Croix lobée, dont les branches ont leur extrémité arrondie.Croix latine, dont la branche inférieure est plus longue que les trois autres. || Église construite en forme de croix latine. || Croix en tau, croix de Saint-Antoine.
11.1 La forme actuelle de cette église est celle d'un crucifix ou croix latine.
Stendhal, Mémoires d'un touriste, I, p. 29.
b Représentation de Jésus-Christ sur la croix, ou de la croix seule. Crucifix. || Le stipe (stipes) et le patibulum de la croix. || La croix d'un clocher. || Croix de mission. || Croix commémorative. || Croix érigée sur un chemin, sur une élévation. Calvaire, croisette. || Croix funéraire en fer forgé, en marbre, en bois…, qu'on place sur une tombe. || Croix de bois. || Les croix d'un cimetière.Les Croix de bois, roman de R. Dorgelès (1919). — ☑ Loc. (1918). Gagner la croix de bois : être tué.
12 On entrait dans ce champ plein de croix et de fosses,
Lieu sévère où la mort dort si Dieu le permet (…)
Hugo, la Légende des siècles, « Les petits », Petit Paul.
13 Sur les bords des fossés, leur file s'allongeait, croix de hasard, faites avec deux planches ou deux bâtons croisés.
R. Dorgelès, les Croix de bois, III, p. 38.
13.1 Les croix du cimetière étroit,
Les bras des morts que sont ces croix,
Tombent, comme un grand vol
Qui se rabat contre le sol.
Verhaeren, les Villages illusoires, « Le vent ».
c (D'après les serments effectués sur la croix).Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer ! (formule plaisante de serment).
13.2 Je te promets de la lui envoyer. Croix de bois croix de fer.
Jean Follonier, la Sommelière, p. 93.
d Spécialt. || Croix processionnelle, croix de procession. — ☑ Loc. Aller au devant de qqn avec la croix et la bannière (au propre et au fig. Bannière).
14 La croix et la bannière de l'église étaient tenues de chaque côté de l'estrade par deux sacristains en cheveux blancs.
Balzac, le Curé de village, Pl., t. VIII, p. 760.
Croix pastorale. || Croix pectorale (cit. 1) portée sur la poitrine. || Croix pectorale simple d'un chapelain, d'un missionnaire, d'un aumonier militaire, d'une religieuse. || Croix pectorale d'argent, d'or… des évêques.
e Bijou en forme de croix. Jeannette, médaillon. || Une croix de, en diamants. || Croix suspendue autour du cou (cit. 9). || Croix huguenote, soutenant la colombe du Saint-Esprit. || Porter une croix en sautoir.
15 (…) elle fut étourdie, stupéfaite par le tapage des ménétriers, les lumières dans les arbres, la bigarrure des costumes, les dentelles, les croix d'or, cette masse de monde sautant à la fois.
Flaubert, Trois contes, « Un cœur simple ».
4 Croix figurée symbolique. a Loc. Hist. Prendre la croix : s'enrôler dans une croisade (par allus. à la croix d'étoffe cousue sur les vêtements des croisés). Croiser (se).Privilège de la croix, qu'avaient les croisés de ne pas être poursuivis pour dettes.
b (Décoration). Décoration d'ordres de chevalerie. Cordon. || La croix de Malte. || La croix du Saint-Esprit. || Croix de Saint-Louis (→ Chevalerie, cit. 3).(1802). Cour. || Croix de la Légion d'honneur. || Gagner, obtenir la croix de la Légion d'honneur. Absolt. || Recevoir la croix.La grand-croix : la décoration la plus élevée de l'ordre (→ ci-dessus cit. 10.1). Grand-croix.
16 D'ailleurs, il faut fréquenter les salons et avoir des croix ou des pensions (…)
E. Delacroix, Journal, 6 mai 1852.
(1915). || Croix de guerre : médaille conférée aux soldats qui se sont distingués au cours d'une guerre.(1930). || Croix du combattant.(1940). || Croix de la Libération.(1953). || Croix du combattant volontaire.(1956). || Croix de la valeur militaire.Par ext. || Croix du mérite; croix de la sagesse, décernée aux élèves méritants dans certaines écoles.
Croix-de-Feu : emblème et désignation d'un mouvement politique de droite, dans les années 1930.Adj. (→ 2. Camelot, cit. 4).
Blason. Ornement figuré dans les armoiries. Pièce honorable de l'écu.
tableau Termes de blason.
5 Croix-Rouge. Insigne de neutralité des services d'aide médicale, depuis la convention de Genève (1864). || Ambulances, brancardiers portant la croix rouge. || Croix rouge des hôpitaux, des dispensaires.La Croix-Rouge : organisme d'entraide et de secours. || Le comité international de la Croix-Rouge à Genève. || Brassard de la Croix-Rouge.Le drapeau de la Croix-Rouge (croix rouge sur fond blanc) est l'inverse du drapeau suisse (croix blanche sur fond rouge).REM. Le Croissant-Rouge est l'équivalent de la Croix-Rouge en pays musulman.
6 (XIVe). Marque formée de deux traits croisés. || Faire une croix au bas d'un acte (en guise de signature). || Les illettrés signaient d'une croix. || Marquer qqch. d'une croix.Typogr. (vx). Marque (croix latine) qui, dans un texte, renvoie aux notes.Marque qui, placée à côté d'un nom propre, indique que la personne est décédée.La marque de l'addition est une croix. Plus.
Loc. fig. Il faut faire une croix, une croix à la cheminée, noter qqch. d'extraordinaire. || Il y a un temps fou qu'on ne vous a vu, il faut faire une croix à la cheminée.
17 Quand nous serons à dix, nous ferons une croix.
Molière, l'Étourdi, I, 9.
Loc. fig. Faire, mettre une croix sur qqch., y renoncer définitivement.
Loc. La croix des vaches : incision en croix constituant une marque d'infamie.On écrit parfois croix-des-vaches.
17.1 Elle retrousserait la grosse mère, parfaitement, devant tout le monde. Elle la fesserait, lui arracherait la tignasse, la marquerait aux joues de la croix-des-vaches.
R. Dorgelès, À bas l'argent !, p. 215.
Vx. La face d'une monnaie marquée d'une croix. Face. || Choisir croix ou pile.
18 Rien ne pouvait lui donner quelque agitation et la guérir d'un fond d'ennui sans cesse renaissant que l'idée qu'elle jouait à croix ou pile son existence entière.
Stendhal, le Rouge et le Noir, II, 17, p. 345.
7 Loc. adv. En croix : à angle droit ou presque droit ( Croiser, entrecroiser; crucial, cruciforme). || Les pétales des crucifères sont disposés en croix. || Chemins qui se coupent en croix. Carrefour, croisée, croisement. || Avoir, mettre les bras en croix.Mettre des bâtons, deux pièces en croix. Croiser; sautoir. || Câbles en croix. || Vergues en croix. || Poutres en croix. 2. Guette. || Tournevis en croix (pour les vis cruciformes).
19 Il resta pendant la messe, à plat ventre au milieu du portail, les bras en croix, et le front dans la poussière.
Flaubert, Trois contes, « Légende de saint Julien l'Hospitalier », II.
8 Point de croix : point de broderie très simple, où le fil est disposé en petites croix garnissant des carrés juxtaposés.
9 Par anal. Objets, choses en forme de croix. || Croix de l'épée : croix que forme la poignée de l'épée et la garde ( aussi Croisette, 2.).
20 Faute de prêtre, les anciens capitaines mourant sur le champ de bataille se confessaient à la croix de leur épée, ils en faisaient une fidèle confidente entre eux et Dieu.
Balzac, le Médecin de campagne, Pl., t. VIII, p. 472.
Bot. || Croix d'une fleur, ses pétales disposés en croix; la fleur elle-même.Spécialt (dans un nom de fleur et de plante). || Croix de Saint-Jacques : espèce d'amaryllis. || Croix de Jérusalem ou croix de Malte : plante d'ornement.
20.1 J'aurai bien d'autres verveines en rosaces, aristoloches en pipes, gazon d'Espagne en houppes, croix-de-Jérusalem en croix, lupins en épis (…)
Colette, Fleur et Pomone, in Gigi, p. 181.
Astron. || Croix-du-Sud : constellation de l'hémisphère austral. (On dit aussi Grande Croix, Croix, ou Croix australe).
21 Il est tard, il est minuit; la Croix-du-Sud est droite sur l'horizon.
Bernardin de Saint-Pierre, Paul et Virginie, p. 83.
22 La nuit s'annonçait magnifiquement. La lune, qui avait été pleine cinq jours auparavant, n'était pas encore levée, mais l'horizon s'argentait déjà de ses nuances douces et pâles que l'on pourrait appeler l'aube lunaire. Au zénith austral, les constellations circumpolaires resplendissaient, et, parmi toutes, cette Croix du Sud que l'ingénieur, quelques jours auparavant, saluait à la cime du mont Franklin.
J. Verne, l'Île mystérieuse, p. 172.
23 À travers les cimes rapprochées de hauts arbres inconnus, je cherchais et trouvais la Croix-du-Sud dans les éclaircies des branchages.
Claude Mauriac, le Dîner en ville, p. 273.
Régional. || Croix : croisée de chemins. Croisement.
Archit. Croisée (du transept).
Croix de Saint-André : partie en X d'une charpente.Mar. || Croix de Saint-André : sangle avec laquelle on soutient la voile de misaine.
Techn. || Croix de Malte : dispositif d'entraînement destiné à obtenir un mouvement intermittent, saccadé, à partir d'un mouvement de rotation. || La croix de Malte d'un projecteur cinématographique.
DÉR. Croiser, croisette, croisillé. V. Croisillon.
HOM. Croît; formes de croire et de croître.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • croix — CROIX. s. f. Espèce de gibet où l on attachoit autrefois les criminels pour les faire mourir. Le supplice de la croix. La croix étoit le supplice des voleurs, des esclaves, etc. La croix a été sanctifiée par la mort de Jésus Christ. L Empereur… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • croix — CROIX. s. f. Espece de gibet où l on attachoit autrefois les criminels pour les faire mourir. Le supplice de la croix. la croix estoit le supplice des voleurs, des esclaves &c. Jesus Christ est mort en croix pour le salut du genre humain. il a… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Croix — ist die Bezeichnung mehrerer Gemeinden in Frankreich: Croix (Nord), Gemeinde im Département Nord Croix (Territoire de Belfort), Gemeinde im Département Territoire de Belfort mit Namenszusatz: Croix Caluyau, Gemeinde im Département Nord Croix… …   Deutsch Wikipedia

  • Croix — may refer to the following communes in France: Croix, Nord, in the Nord département Croix, Territoire de Belfort, in the Territoire de Belfort département Croix Caluyau, in the Nord département Croix Chapeau, in the Charente Maritime département… …   Wikipedia

  • CROIX (LA) — CROIX LA On ne voit plus assez aujourd’hui que La Croix fut une réussite étonnante et neuve. Elle a en effet plus de cent ans, étant née en juin 1883 sous la forme d’un quotidien (un mensuel l’avait précédé depuis 1880). Cent ans font oublier ce… …   Encyclopédie Universelle

  • CROIX, LA — CROIX, LA, French Catholic daily newspaper, founded in 1883 by Father Bailly and sponsored by the Assumptionist Fathers. The newspaper was a success from its start and acquired considerable popular influence. Its daily circulation rose to 11,000… …   Encyclopedia of Judaism

  • Croix — Saltar a navegación, búsqueda Croix puede referirse a Croix, comuna de Norte (Francia). Croix, comuna de Territorio de Belfort (Francia). Obtenido de Croix Categoría: Wikipedia:Desambiguación …   Wikipedia Español

  • croix — grand croix porte croix …   Dictionnaire des rimes

  • croix — croix·an; la·croix·ite; …   English syllables

  • Croix — (spr. Kroas), 1) Petite de la C., französischer Schriftsteller, st. 1713; er schr. poetische Erzählungen: Tausend u. ein Tag, übersetzt von Schorch, Lpz. 1788 f., 3 Bde. 2) Charles Eug. Gabr. de la C., s. Castries. 3) Eugen, s. Delacroix …   Pierer's Universal-Lexikon


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.